A l'écoute de l'Esprit-Saint avec Marie

Après la grande fête de Pâques, les chrétiens se préparent à célébrer l’événement de la Pentecôte, la venue de l’Esprit-Saint qui est le Paraclet promis par le Seigneur. En ce mois de mai consacré à la Vierge Marie, et vers la fin du temps pascal prenons le temps d’approfondir notre relation avec l’Esprit du Ressuscité à l’école de Marie.

 

       La fête de la Pentecôte nous invite à méditer sur la relation entre l’Esprit Saint et Marie, une relation très étroite, privilégiée et indissoluble. La Vierge de Nazareth fut choisie pour devenir la Mère du Rédempteur par l’opération de l’Esprit Saint, comme l’a exprimé l’archange Gabriel : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre » (Lc 1, 35). Dans son humilité, Marie trouva grâce aux yeux de Dieu qui l’a choisie et lui a fait don de l’Esprit-Saint en plénitude.

 

       Le cœur de Marie, en parfaite harmonie avec son divin Fils, est le temple de l’Esprit de vérité, où chaque parole et chaque événement sont conservés dans la foi, dans l’espérance et dans la charité (cf. Lc 2, 19.51).

 

       Nous pouvons ainsi être certains que le très saint cœur de Jésus, pendant toute la période de sa vie cachée à Nazareth, a toujours trouvé dans le cœur immaculé de la Vierge Marie un « foyer » toujours ardent de prière et d’attention constante à la voix de l’Esprit-Saint. Ce qui eut lieu lors des Noces de Cana témoigne de cette harmonie particulière entre Mère et Fils pour rechercher la volonté de Dieu.

 

       Dans une situation chargée de symboles de l’alliance, tel que le banquet nuptial, la Vierge Marie intercède et provoque, pour ainsi dire, un signe de grâce surabondante : le « bon vin », qui renvoie au mystère du Sang du Christ. Cela nous conduit directement au Calvaire, où Marie se tient sous la croix avec l’apôtre Jean. La Mère et le disciple bien-aimé recueillent spirituellement le testament de Jésus : ses dernières paroles et son dernier souffle, dans lequel Il commence à diffuser l’Esprit ; et ils recueillent le cri silencieux de son Sang, entièrement versé pour nous (cf. Jn 19, 25-34). Marie savait d’où venait ce sang, il s’était formé en elle par l’opération de l’Esprit Saint, et elle savait que cette même  puissance  créatrice du Très-Haut aurait ressuscité Jésus, comme Il l’avait promis.

 

       Ainsi, la foi de Marie soutint celle des disciples jusqu’à la rencontre avec le Seigneur ressuscité, et continua à les accompagner également après son Ascension au ciel, dans l’attente du « baptême dans l’Esprit Saint » (cf. Ac 1, 5). Lors de la Pentecôte, la Vierge Mère apparaît à nouveau comme Épouse de l’Esprit, pour une maternité universelle envers tous ceux qui sont engendrés par Dieu pour la foi dans le Christ. Voilà pourquoi Marie est, pour toutes les générations, l’image et le modèle de l’Eglise qui, avec l’Esprit, avance dans le temps en invoquant le retour glorieux du Christ : « Viens, Seigneur Jésus » (cf. Ap 22, 17.20).

 

       A l’école de Marie, nous apprenons nous aussi à reconnaître et à accueillir la présence de l’Esprit du Ressuscité dans notre vie, à écouter ses inspirations et à les suivre docilement.

 

       Tout au long de ce mois de mai consacré à Marie, laissons-nous guider par l’Esprit-Saint et que  Marie nous accompagne sur le chemin de la foi.

 

 

Père Erick Baldé, PSJ.

Vous souhaitez connaître toutes les actualités concernant le secteur Plequevil (Regroupant les communes du Plessis-Trévise, La Queue-En-Brie et Villiers-Sur-Marne), visitez le site www.catho94.com.