" Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse"  Mt 5, 12


 

 

      Jésus est venu sur terre pour rejoindre tous les hommes, pauvres ou riches, jeunes ou aînés, pharisiens ou publicains, malades ou laissés-pour-compte. L’Eglise depuis plus de deux mille ans est le signe de la présence du Ressuscité, celui qui est venu prendre soin de l’humanité dans toute sa totalité. Nous qui sommes à la suite Christ, nous sommes invités nous aussi à l’être auprès des autres. D’où l’expression « prendre soin » qui renvoie au cœur même de la réalité de notre engagement missionnaire dans l’Eglise.

 

         En effet cette tâche revient en premier lieu au curé parce qu’elle vient de la signification latine du mot curé : curatus animarum; ce qui veut dire  "chargé des âmes, prendre grand soin". Par notre baptême, nous sommes devenus prêtre, prophète et roi. De là étant, nous aussi nous sommes appelés à prendre soin les uns les autres en particulier les plus faibles, les plus vulnérables. 

 

         Cette réalité de prendre soin s’inscrit non seulement dans l’image de l’Eglise-communion au regard de la Trinité, mais également dans la continuité de l’œuvre du Christ qui est confiée à chacune, chacun d’entre nous. 

 

         Prendre soin nous renvoie à faire une relecture quotidiennement du jugement dernier selon l’évangile de Saint Matthieu chapitre 25, 31-46 :

 

         « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs : il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !” Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?” Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.” Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges. Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.” Alors ils répondront, eux aussi : “Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?” Il leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.” Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. 

 

         Aujourd’hui prendre soin est une nécessité qui nous incombe parce que nous formons un seul corps. Ce qui permet de comprendre qu’il n’existe pas de chrétien isolé. C’est en prenant soin les uns les autres que tous reconnaîtront que nous sommes les disciples de Jésus.

 

         Chers amis comme nous avons l’habitude de chanter « nous sommes le corps du Christ, chacun de nous est un membre de ce corps, chacun reçoit la grâce de l’Esprit pour le bien du corps entier ». 

 

         Que le Seigneur donne à chacun la claire vision de ce qu’il doit faire et la force de l’accomplir. Duc in altum. Avance au large.

 

Père Dyemson CARIÈS

 


 

"Il s’approcha, et pansa ses blessures en y versant de l’huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui."

Luc 10, 34


Vous souhaitez connaître toutes les actualités concernant le secteur Plequevil (Regroupant les communes du Plessis-Trévise, La Queue-En-Brie et Villiers-Sur-Marne), visitez le site www.catho94.com.